Conférence UIA : Histoire Littéraire

Jeudi 20 décembre, dans l’amphithéâtre 1 de l’IUT sur le site universitaire d’Alençon, à 14 h 30, Conférence de l’Université Inter-Âge sur le thème de l’Histoire littéraire.

I – L’historien est un poète ; en effet l’Histoire est patronnée par une muse : Clio.

Lorsque Dante veut évoquer les hommes illustres, réels ou mythiques, il en appelle à Virgile. Certes, le champ sémantique du mot histoire recouvre aussi bien le récit d’aventures propre à la fiction que l’analyse rigoureuse des faits. Si son étymologie grecque signifie: examen des témoignages, son sens familier équivaut à l’affabulation voire au mensonge: «Tu me racontes des histoires !». Dès lors, il est permis de suivre les entrelacs de l’Histoire et des histoires, d’ apprécier les imbrications de l’Histoire et de la Littérature, d’associer les muses-sœurs, filles de Zeus et de Mnémosyne. C’est ainsi qu’en ont usé, les chroniqueurs du Moyen-Age: Villehardouin, Joinville, Froissart et Commynes, soldats, diplomates, conseillers ou courtisans, ils sont contemporains des événements dont ils témoignent, le plus souvent comme acteurs. Ils ont fondé un genre nouveau, non la littérature historique, mais surtout la première écriture en prose de langue française. Le dernier : Commynes, fait le lien entre Moyen-Age et Renaissance, et annonce la grande figure de Machiavel. A ses débuts, l’écriture historiographique témoigne le plus souvent des grands événements qui ont bouleversé une époque : les Croisades, la Guerre de 100 ans. A la Renaissance, la Découverte de l’Amérique et les Guerres de Religion vont nourrir la réflexion d’un Montaigne ou inspirer la violente satire d’un poète soldat comme Agrippa d’Aubigné.

« Raconte-moi une histoire » disaient à Pedro les brigands calabrais d’une nouvelle de Mérimée; j’espère vous faire partager le plaisir du récit quel qu’il soit.

par Madame Dominique Chappée

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*